Ours-Pierre Pietri chevalier de la Légion d'honneur - Piubbeta

Aller au contenu

Menu principal :

Ours-Pierre Pietri chevalier de la Légion d'honneur

Evenenements


OURS-PIERRE PIETRI fait chevalier de la Légion d'honneur


Il y avait foule sur la place de l’église  en ce jour du 1er septembre 2007 (jour de la commémoration de la bataille de BAZEILLES).
Ce jours-là Ours- Pierre Pietri, qui fût Maire de la commune de 1961 à 2001
recevait des mains du Général Michel Franceschi, la croix de Chevalier de la Légion d’Honneur.
La cérémonie a débuté par une messe célébrée en l’église de l’ Annunziata par Fratucciu Ulivu, ancien aumônier militaire, suivie  d’un dépôt  de gerbe devant la plaque portant le nom des enfants de Piobetta morts pour la France apposée sur la façade principale de l’église.
Le Général Franceschi a ensuite prononcé un discours très  élogieux retraçant la carrière militaire d’Ours-Pierre Pietri et rendant hommage au combattant et à l’homme.
Pierre Lorenzi, maire actuel de notre commune, rendait à son tour hommage à celui qui pendant quarante longues années a occupé la fonction de premier magistrat, précisant  les difficultés inhérentes à  celle-ci et soulignant le fait  que cela lui valait doublement la Légion d’Honneur.
Un apéritif était ensuite offert sur la place de village  à tous les participants à cet évènement qui s’est déroulé dans une ambiance à la fois festive et respectueuse.

Extrait du discours prononcé par le Général Franceschi :

« En ce jour doublement symbolique de célébration du 137e anniversaire des combats de Bazeilles et du 150e anniversaire de la création des tirailleurs sénégalais, l’amicale des Troupes de Marine et des anciens d’outre-mer de la Haute-Corse, s’est rassemblée dans le majestueux village de Piobetta pour rendre hommage à l’un de ses valeureux enfants, Ours-Pierre Pietri, qui reçoit  aujourd’hui de mes mains la croix de chevalier de la Légion d’Honneur. Cette prestigieuse décoration couronne une carrière militaire exemplaire tant par sa diversité que par sa densité en campagnes militaires. Ours-Pierre Pietri commence sa carrière au Maroc en 1941, au 4ème puis au 7ème  Régiment de Tirailleurs Marocains. Avec ces unités il participe aux campagnes d’Italie et de France jusqu’à  la fin de la guerre. Il passe en 1946 à  la Légion Etrangère, au 3ème Régiment Etranger D’infanterie, unité qu’il rejoint en Indochine en 1946. Après une courte interruption de carrière en 1947, il entre en 1948 dans les Troupes coloniales au sein du 2ème Bataillon d’infanterie Coloniale de Perpignan qui devient un peu plus tard le 24ème  Régiment de Marche de Tirailleurs Sénégalais, avec lequel il retourne en Indochine de 1948 à 1951. C’est ensuite le 15ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais en Algérie en 51-52, puis le bataillon de tirailleurs de Brazzaville de 1952 à 1955. A son retour d’Afrique Equatoriale Française, Ours Pietri est affecté en 1955 au 4ème Régiment d’Infanterie Coloniale alors en Tunisie, puis transféré  en Algérie l’année suivante. Au sein de cette unité il participe à l’expédition d’Egypte en novembre-décembre 1956. Il fait valoir ses droits à la retraite au grade d’adjudant en 1958. Retiré Piobetta, il va alors se dévouer pendant 40 années au service de ses concitoyens comme conseiller municipal, puis comme maire de la commune.
Sa riche carrière militaire a valu à Ours Pietri non seulement toutes les médailles commémoratives existantes, mais surtout des titres de guerre exceptionnels, récompensant un combattant émérite : médaille militaire au feu, quatre citations obtenues en Indochine, deux à l’ordre de la Division et deux à l’ordre de la Brigade. L’une d’entre elles, portant le paraphe prestigieux du générale de Lattre de Tassigny, illustre à elle seule la belle figure de soldat d’Ours Pietri. Elle parle d’elle-même : «  Sous-officier d’un allant et d’un courage magnifique. A donné une nouvelle fois la preuve de ses qualités de chef et de combattant le 26 décembre 1950 à Bien Pon (Tonkin). Alors qu’une partie de la compagnie était prise à partie par trois fusils mitrailleurs, une mitrailleuse et un mortier rebelles, après avoir mis son groupe de mitrailleuse en batterie, a pris sous le feu de l’ennemi  le commandement d’une autre section dont le commandant avait été tué et les chefs de groupe blessés, a montré dans cette circonstance un parfait mépris du danger, réussissant à ramener cette section avec ses morts, ses blessés, son armement et son matériel . Fin de citation. »




 
Annuaire des sites et villages corses par leurs localités
Corsicamania, l'annuaire des sites corses
Retourner au contenu | Retourner au menu